L’architecture des lieux de santé et la prise en compte des besoins des usagers

L’architecture des lieux de santé et la prise en compte des besoins des usagers

Plus que pour d’autres bâtiments, la construction d’un hôpital s’avère extrêmement contrainte par un programme d’une grande complexitéfixé en amont et avec lequel l’architecte doit composer tout comme avec le site et les règles, elles aussi très contraignantes, de la composition architecturale. Il s’appuie aussi, pour avancer dans son projet, sur les besoins sociaux dont il a la connaissance ou l’intuition.

Il s’avère qu’en plus de son intuition certaines recherches peuvent aussi renseigner l’architecte et le programmiste sur les besoins fondamentaux des patients. Menées en psychologie environnementale (Moser, 2009) ou en géographie de la santé (Gesler, 2003), elles ont mis en exergue différents facteurs contribuant au bien-être comme constitutif de la santé dans la définition que donne l’OMS de cette dernière dans la constitution de 1946 et qui fait toujours référence : « La santéest un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie et d’infirmité ».

Ces recherches incitent àprendre en compte, dans la conception et dans l’évaluation d’un bâtiment de santé, la relation qu’établissent avec ce bâtiment les usagers, et en particulier les patients. Il ne s’agit évidemment pas là d’un élément tout à fait nouveau et une relation a sans doute étéétablie, de longue date, entre la qualitéd’un bâtiment de santéou d’un lieu thérapeutique et le bien-être apportéau patient. L’intérêt des recherches évoquées ci-dessus est, en affirmant avec force que « le soin et le lieu sont inséparables » (Gesler, 2003) de tenter de trouver des critères objectifs susceptibles d’expliquer la dimension « thérapeutique » d’un lieu de santé.

C’est sur cette dimension que porte le présent mémoire qui étudie un service de Soins de Suites et de Réadaptation (S.S.R), en l’occurrence celui de l’Hôpital Rothschild, à Paris, dans lequel j’ai été invité en immersion du 28 mai au 7 juin 2013. L’objectif est de comprendre et décrire la manière dont les différents usagers de ce SSR vivent le lieu dans lequel ils exercent leur métier ou sont hospitalisés, quelle importance ils lui accordent et sur quels points. Au plan architectural et programmatique, mon hypothèse est que ce détour par les usagers et leur relation au lieu peut venir alimenter le cahier des charges d’un bâtiment de santé en prenant appui non sur les seules intuitions mais sur des éléments récurrents dans le discours des usagers.

Dans une première partie, le mémoire pose les bases théoriques qui permettent de penser cette question et présente, en seconde partie, les choix méthodologiques effectués. Les principaux résultats, présentés en troisième partie, amènent à une conclusion dans laquelle sont envisagés les éléments programmatiques qui découlent de l’enquête pour un bâtiment de santé et les pistes de réflexion ouvertes.

Penloup E., L’architecture des lieux de santé et la prise en compte des besoins des usagers Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie, 143 p.

L’architecture des lieux de santé et la prise en compte des besoins des usagers [PDF]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bertrand Lefebvre (20 juin 2014). L’architecture des lieux de santé et la prise en compte des besoins des usagers. LiSo-LiSa. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwwt