pierrejanetmur

L’hôpital psychiatrique Pierre Janet : une ville dans la ville ?

Texte présenté par Bertrand Lefebvre au Colloque International « Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires ».

11-13 septembre 2013, Université de Paris Ouest-Nanterre

Résumé
L’hôpital psychiatrique Pierre Janet est situé en plein cœur de la ville du Havre (France). Sa construction et son ouverture entre 1972 et 1974, s’inscrivent à l’époque en rupture avec deux tendances majeures des soins psychiatriques en France :
(1) la désinstitutionnalisation de la prise en charge des patients qui entraîne la réduction du nombre de lits psychiatriques et la fermeture ou la reconversion d’anciens établissements de soins psychiatriques à partir des années 1960-70.
(2) le développement au cours du 20ème siècle d’établissements psychiatriques en périphérie des villes, dans des espaces ruraux à la qualité environnementale bénéfique pour le patient.

Cette urbanisation des soins psychiatriques (G. Moon, 1988) devait faciliter la réintégration des patients au coeur de la cité et leur socialisation en dehors de l’établissement. Quarante ans après sa création, dans un contexte institutionnel et budgétaire aujourd’hui mouvant, et alors qu’une politique de régénération urbaine est menée au Havre, quelle place occupe l’hôpital Pierre Janet dans l’espace et le paysage urbain du Havre ? Au-delà de la fermeture sur son environnement immédiat par une enceinte, comment l’ouverture et la mise en réseau de l’établissement sont organisées et maîtrisées ? Comment se structure l’espace interne de l’établissement ?

Notre méthodologie s’appuie sur un travail de relevés photographiques, couplé à une cartographie détaillée du site et de son environnement immédiat. Nous avons aussi interrogé la direction et des membres du personnel soignant sur l’histoire de l’établissement, son organisation institutionnelle et spatiale.

Si la localisation de l’établissement en centre-ville et l’organisation de son espace devaient permettre une plus grande ouverture sur l’extérieur, la réalité de l’enceinte et de la sécurisation du site impose des contraintes importantes. L’existence d’une centralité forte au sein même de l’établissement (« le Village ») qui rassemble l’ensemble des services aux patients (salle de sport, salon de coiffure, salle de spectacle…), et une identité institutionnelle marquée dans laquelle patients et personnel forment une communauté, contribuent à l’enclavement de l’établissement par rapport à son voisinage immédiat. Seule l’existence de structures institutionnelles périphériques et leur mise en réseau viennent rompre le cloisonnement du site.

Mots-Clés : Hôpital psychiatrique, Le Havre, Discontinuité, Enclavement