La reconstruction du CHS Navarre

VAGUET Alain et LEFEBVRE Bertrand

Dans le cadre du Mois de l’Architecture Contemporaine en Normandie nous avons visité le site du Centre Hospitalier Spécialisé de Navarre à Evreux en compagnie de l’architecte (Yves Carpentier, AACD, Vernon) et d’un représentant du constructeur (Léon Grosse). L’établissement, qui a ouvert ses portes en 1866, est actuellement en reconstruction. Il s’agit du plus grand chantier en France dans le secteur de la prise en charge psychiatrique. 303 lits vont être progressivement livrés d’ici le premier trimestre 2013 pour un coût estimé à 43 Millions € HT. Ce chantier nous paraît emblématique de nouvelles tendances à l’oeuvre dans l’architecture des établissements de soins, notamment dans l’optique d’un gain qualitatif pour les patients et le personnel.


Agrandir le plan

L’ancien établissement

L’ancien établissement, construit pour l’essentiel dans le dernier quart du 19ème siècle, a accueilli jusqu’à 1000 patients, contre 300 aujourd’hui, dans des bâtiments formant deux lignes parallèles de près de 400 mètres de long. Ces deux structures sont reliés par des bâtiments collectifs (église, services administratifs, services annexes…), l’ensemble délimitant deux grands jardins intérieurs organisés pour la déambulation des patients. A l’époque, les constructeurs avaient pris soin de dissimuler le mur d’enceinte en l’encaissant dans un fossé. Ce mur “pas-de-loup” limite ainsi la partie visible du mur et l’impression d’enfermement pour les patients. Un cadre forestier borde de grandes parcelles d’herbe délimités par des préaux et disposées autour des bâtiments. En dépit de la proximité d’éléments naturels attractifs, des qualités architecturales du site, l’architecte décrit la lassitude du personnel qui n’en peut plus d’évoluer dans un univers vétuste et rectiligne, avec des couloirs de plus de 150 mètres de long, un compartimentage par genre, qui relègue les hommes et les femmes dans des bâtiments différents, séparés par les services d’administration.

L’enceinte “pas-de-loup”, et l’ancien bâtiment sud en arrière plan (CHS Navarre)

Le nouveau projet

Le 23 octobre 2009, un jury sélectionne le projet de reconstruction porté par le cabinet d’architecte AADC (Descrette et Carpentier) et l’entreprise de travaux publics Léon Grosse. Alors qu’un déménagement à côté du nouvel hôpital d’Evreux fût un temps envisagé, le projet consiste à développer de nouvelles structures d’accueil in situ et selon des contraintes particulières : privilégier des bâtiments de plein pied, tenir compte des possibles changements d’affectation des services selon l’évolution des pathologies, etc… Certains bâtiments seront conservés et transformés en habitat social (100 logements) dont une partie sera réservée au personnel de l’établissement.  14 nouvelles petites unités psychiatriques composés de 20 à 25 lits vont s’insérer dans les espaces verts, en lisière nord du site, seul moyen de préserver les deux grands jardins intérieurs. La distribution des nouveaux bâtiments et des espaces techniques permettent de séparer les circulations techniques et logistiques, les circulations du personnel et enfin celles des patients.

Les nouveaux bâtiments du CHS Navarre

Les nouveaux pavillons tous identiques, ressemblent à des modules circulaires, autour d’un patio ouvert. Cette forme correspond à une volonté de concevoir un espace, certes fermé sur lui même mais centré sur un jardin intérieur. Du bâtiment, « les patients voient leur maison, pas un mur d’enceinte » (Yves Carpentier). Ils sont bel et bien confinés mais dans un espace visuellement ouvert. On ne trouve aucun barreau aux fenêtres car elles ouvrent seulement partiellement, pour la seule aération. On ne trouve pas de hublot aux portes des chambres pour conserver l’intimité des patients hospitalisés.

Deux modules de deux niveaux sont juxtaposés (soit 4 unités de 25 patients) de façon à mutualiser les moyens, en particulier en terme d’infirmiers, toujours insuffisants (2 infirmiers de nuit pour un niveau de 25 chambres). Les deux modules sont reliés par un noyau qui sert de sas d’accès pour la logistique, les patients et où sont rassemblés les services. On peut ainsi passer rapidement d’un module l’autre en cas de besoin. De même, à l’étage, une très grande terrasse, commune aux quatre modules, permet de dégager une vue intéressante sur le parc. Les formes courbes des constructions et donc des couloirs veulent résolument s’inscrire en contradiction avec l’ancien environnement linéaire. Ce choix permet d’éviter à la fois les angles morts, inquiétants pour la sécurité des professionnels de santé et l’effet tunnel anxiogène pour les malades. Cette forme courbe facilite les déambulations satisfaisantes car ne menant pas à des culs de sac.

Plan d’une unité de soins du nouveau CHS de Navarre (Evreux)

Selon l’architecte, la première construction achevée et déjà en service, semble apporter beaucoup de satisfaction au personnel qui a déjà remarqué une baisse des rixes entre patients et donc une diminution des prises de médicaments. Seul l’usage à moyen terme permettra de confirmer si la morphologie des lieux et le soin apporté à l’aménagement, en terme de  luminosité, de couleurs auront véritablement apporté une amélioration au personnel et aux personnes malades. A terme les 100 malades plus le personnel soignant seront ils trop nombreux sur le relativement petit espace ? Le partie pris de la circularité, si il présente des avantages, ne devient il pas également monotone à la longue et manquant de facilité pour le repérage ?

Discussion

En conclusion, pour notre propos, il faut remettre ces constructions en perspective dans le mouvement général de désinstitutionalisation. L’hôpital spécialisé accueille désormais des personnes en phase de crise plutôt qu’à long terme, comme au temps des asiles. De fait, il était temps que les bâtiments se conforment aux nouveaux usages. Si globalement, on peut penser que les nouvelles installations correspondront mieux aux tendances thérapeutiques actuelles, il n’en reste pas moins que, d’après la littérature, de nombreux aspects des paysages thérapeutiques restent diversement appréciés en fonction des personnes consultées. On ne peut pas toujours dégager un consensus, accessible pour tous.

Les avis recueillis par une équipe de recherche dans un nouvel hôpital spécialisé, à l’est de Londres, le démontrent clairement. Beaucoup de malades et de membres du personnel appréciaient la nouveauté et la propreté de la nouvelle construction, tout comme sa conception, reflet d’une forme de considération pour les malades. Pour autant, d’autres, ressentaient fortement la dimension liberticide de l’enfermement et prenaient ombrage des murs, pour eux par trop visibles, qui les séparaient du reste de la société et qui contribuaient à les stigmatiser. Les micros aménagements suscitaient des débats insolubles. Si les hublots sur les portes des chambres rassuraient les infirmiers sur l’état des malades avant d’entrer, ils étaient mal perçus par ces derniers qui y voyaient une intrusion dans leur vie privée. De même, si tous les membres du personnel d’Evreux ont vu les projets avant la construction, les malades ou leurs représentants n’ont pas été intégrés aux phases de réflexions. A Newham, les patients ont au moins participé aux décisions sur les rythmes de vie, les choix des couleurs, des rideaux etc… Si une nouvelle construction offre des améliorations concrètes du cadre de prise en charge, elle ne peut résoudre tous les contrastes symboliques et sociaux, comme l’opposition entre la sécurité et la liberté, bien mis en évidence dans les travaux de Foucault.