Evaluer la qualité des espaces de soins : réflexions d’étape

Peu de normes existent en matière de construction d’espaces à vocation sanitaire en France. Selon les spécialistes interrogés (programmistes santé), il n’y a pas de grille d’évaluation des hôpitaux, mis à part ce qui concerne la superficie des différentes installations et la gériatrie. Pour eux, malgré ces quelques velléités de politiques de standardisation, selon les établissements les critères de fonctionnalité varient car « les critères financiers prévalent sur le critère de qualité ». Ces constations augurent de grandes variations dans la qualité de vie des personnels et des personnes malades, en fonction des établissements.

Dans notre recherche des outils d’évaluation des constructions hospitalières nous avons découvert l’AEDET (Achieving Excellence Design Evaluation Toolkit) conçu au Royaume-Uni. Cet outil est utilisé par le National Health System (NHS) pour faciliter les évaluations des nouvelles constructions.

L’AEDET : Qualité du Bâtiment-Fonctionnalité-Impact

Nous n’avons pas croisé d’équivalent français pour l’instant. Il nous paraît intéressant de tester et de réfléchir à l’adaptation de ces approches dans le cadre du projet Liso-Lisa notamment pour évaluer les établissements visités. Chemin faisant, nous avons découvert dans l’Observatoire des Coûts de Construction Hospitalière, un embryon de normalisation, en particulier les référentiels de dimensionnements pour les établissements de santé de la Mission Nationale d’Appui à l’Investissement Hospitalier (MAINH, 2008). Ces documents peuvent se révéler utiles pour notre projet car même s’ils n’ont pas pour vocation de fixer une norme définitive, ils proposent une méthodologie qui est facilement utilisable pour rendre comparable divers lieux, ce qui est un de nos buts. En effet, le groupe de travail a montré à partir d’un échantillon d’hôpitaux de construction récente, une grande variation des diverses surfaces (re)mesurées dans les établissements de santé. A fonctions égales les surfaces attribuées sont inégales.

Un ouvrage magistral mais ancien de Le Mandat (Le Mandat, 1989) peut aussi nous inspirer pour évaluer les espaces de soins. Il démontre que la fonction ne génère pas une forme unique, ni dans le temps, ni dans l’espace. Il donne à voir plusieurs typologies que nous pourrions réutiliser, comme la catégorisation des bâtiments, en bloc, en pavillon etc… (grille synoptique d’analyse morphologique). Il montre également des méthodes de calculs, comme le « diagramme à ficelle » pour observer le déplacement des diverses catégories de personnel par rapport au plan du service. Cette méthode permet d’optimiser la morphologie des lieux, de façon à faciliter les circulations des soignants, condition première d’économie de construction mais aussi de qualité de vie au travail.

Enfin une dernière piste à explorer serait l’utilisation d’une plateforme d’évaluation en ligne sur laquelle les internautes donneraient une évaluation des paysages thérapeutiques représentées (photos des services, de l’extérieur des hôpitaux,…). Cette plateforme pourrait aussi servir à rassembler les suggestions des usagers sur l’organisation des espaces de soins et les changements souhaités (lumière, agencement,…).



Citer ce billet
alainvaguet (2012, 15 mars). Evaluer la qualité des espaces de soins : réflexions d’étape. LiSo-LiSa. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwwg