Archives par mot-clé : Alzheimer

Jardins d’Elodie – Le Havre

PETIT Mélanie

Les jardins d’Élodie sont situés à la périphérie nord du Havre entre la Zone à Urbaniser en Priorité (ZUP) du Mont Gaillard et la Zone d’Activité (ZA) du Pressoir. Elle a été construite ex nihilo et a ouvert ses portes début 2010.

Tout comme South Africa Lodge, l’établissement est composé de quatre petites unités indépendantes, toutes spécialisées dans la prise en charge des maladies de neurodégénérescence, et qui partagent une partie des locaux comme la cuisine, les commerces ou le jardin. Chaque unité accueille des malades à des stades différents de la maladie afin de coller au mieux à leurs besoins. Une cinquantaine de malades y est hébergée. L’établissement fait partie d’un groupe privé à but lucratif.

Le Salon Réminiscence
Le Salon Réminiscence - Jardins d'Elodie

Les points forts des Jardins d’Élodie résident dans le choix des chambres et dans les nombreux équipements de loisir proposés. Il existe trois types de chambres : individuelles, communicantes ou résidentielles. Chaque chambre dispose de son propre accès au jardin. Cette unité d’accueil offre de nombreux loisirs. On y trouve de nombreux équipements qui sortent de l’ordinaire comme une cafétéria à l’ancienne, une bibliothèque, un espace Internet, un atelier des sens, une salle de gymnastique, des espaces de relaxation et de balnéothérapie, un terrain de pétanque, une aire de jeux pour enfants…

Les Jardins d’Élodie ont remporté un prix pour son inventivité technologique et son approche de la libre circulation des malades (Trophée du Grand Âge, 2009). La déambulation est encouragée grâce aux jardins et promenades extérieurs et intérieurs. Cette déambulation est contrôlée et sécurisée au moyen d’une montre sensitive et différents dispositifs de télésurveillance. Munis de leur montre, les résidents peuvent circuler librement dans les parties communes (lieu de vie, boutiques, promenades, jardins…) et dans leur chambre, mais ils ne peuvent en aucun cas entrer dans les chambres des autres patients car leur montre fonctionne comme un pass qui ne permet l’ouverture que d’une seule chambre, la leur. Cela augmente le respect de l’espace privé au sein de ces structures. Cette montre est dotée d’une puce électronique qui aide le résident à retrouver son chemin en cas d’égarement. En cas de chute, de fièvre, malaise ou refroidissement excessif, le dispositif alertera automatiquement le soignant le plus proche sur son téléphone. Autre avantage de cette montre : l’enregistrement et l’analyse du temps de sommeil permet d’éviter la surmédicalisation.

Plan et Parcours de promenade - Jardins d'Elodie

Les paysages thérapeutiques : éléments de différenciation de l’offre de soins ?

Les paysages thérapeutiques : éléments de différenciation de l’offre de soins ? L’exemple des unités d’accueil spécialisé Alzheimer en Haute-Normandie

PETIT Mélanie

Ce mémoire utilise le concept de paysage thérapeutique pour étudier la prise en charge d’Alzheimer en Haute-Normandie. La maladie d’Alzheimer touche plus de 25000 personnes en Haute-Normandie. Avec l’allongement de la durée de vie, la région va devoir optimiser ses conditions de vieillissement. Cependant force est de constater que malgré une certaine uniformisation de conception, les unités d’accueil spécialisé Alzheimer ne se ressemblent pas. Ce constat soulève plusieurs questions. Quels sont les enjeux et les modes de prise en charge de la maladie d’Alzheimer ? L’offre de soins est-elle équitable ? Comment expliquer les différences entre ces lieux de soins ? Quelles en sont les conséquences pour les malades ?

Premièrement nous avons défini les principaux enjeux de la maladie et cherché à comprendre l’origine historique et épistémologique des modes de prise en charge actuel de cette maladie, s’apparentant à la folie. Il en résulte que cette Histoire est en vérité marquée par des choix sociétaux, que l’on ne peut comprendre ces choix qu’en les rapportant au passé et à la culture des sociétés qui les produisent, et enfin surtout que ces choix ne sont qu’une réponse possible et non une réponse objective au problème que pose la folie à ces sociétés. De ce fait, la porte est ouverte à d’autres modes de prise en charge auxquels nous pourrions peut-être contribuer.

Deuxièmement, nous avons cherché d’une part à connaître la situation épidémiologique haut-normande et d’autre part à étudier l’adéquation de l’offre et de la demande régionale. Il en ressort que l’offre régionale est toujours déficitaire, mais que les situations locales sont très inégales d’un espace à un autre.

Troisièmement, nous avons tenté de dresser, à l’aide d’une grille d’analyse, une typologie de ces lieux de soins, non pas tant d’un point de vue médical ou quantitatif, mais en prenant en compte les émotions et perceptions liées à la fréquentation de ces lieux de soins spécifiques. Pour créer notre grille, nous nous sommes aidés du concept anglo-saxon de paysage thérapeutique qui étudie la dimension curative des lieux de soins en fonction de leurs dimensions physique, sociale et symbolique, la combinaison de ces trois éléments ayant pour but l’efficacité clinique, la promotion du bien-être et l’intégration dans la société. Il apparaît alors que trois éléments peuvent nous permettre de différencier les lieux de soins : leur localisation au sein des infrastructures sanitaires, leur plan et enfin surtout leur forme juridique.

Pour finir, nous avons dressé quelques pistes méthodologiques qui pourraient nous aider à prolonger ce travail.

Ce mémoire de Master 2 est disponible en version PDF.

PETIT Mélanie, Les paysages thérapeutiques : éléments de différenciation de l’offre de soins ? L’exemple des unités d’accueil spécialisé Alzheimer en Haute-Normandie, Département de géographie, Université de Rouen, 2010, 109 pages

Les paysages thérapeutiques : éléments de différenciation de l’offre de soins ? [PDF]

La prise en charge d’Alzheimer au Royaume-Uni

PETIT Mélanie

En 2010, un terrain d’études a été mené au Royaume-Uni pour comprendre la prise en charge d’Alzheimer localement et notamment son impact sur l’architecture et l’organisation des services de santé. Le concept de paysage thérapeutique étant mis en œuvre au Royaume-Uni, nous nous sommes rendu sur place afin de voir à quoi ressemblait une unité d’accueil spécialisé Alzheimer conçue selon ces principes. La visite de South Africa Lodge nous a servi en quelque sorte d’étalon pour évaluer la dimension curative des milieux formés par les lieux de soins. South Africa Lodge est situé dans le centre de Waterlooville, petite ville de la banlieue de Portsmouth dans le Hampshire. Le quartier étant essentiellement résidentiel, il y a peu de commerces à proximité. D’un point de vue architectural, l’unité se fond parfaitement dans le décor.

South Africa Lodge, Waterlooville (UK)

L’établissement est composé de plusieurs petites unités indépendantes toutes spécialisées dans la prise en charge des maladies de neurodégénérescence et qui partagent une partie des locaux comme la cuisine ou le jardin. Chaque unité accueille des malades à des stades différents de la maladie afin de coller au mieux à leurs besoins. En tout, avec la création de la nouvelle aile, c’est une centaine de malades qui y est hébergée. L’établissement fait partie d’un groupe privé à but lucratif. Les points forts de South Africa Lodge résident dans le souci du détail et le soin apporté aux décors. Le jardin est grand, parfaitement équipé et sécurisé, et dispose de nombreuses attractions pour les résidents comme pour leur famille. De plus, la présence d’animaux renforce la convivialité du lieu. A l’intérieur, on trouve une salle de relaxation, de petits objets à déplacer et à « voler », des parcours d’éveil ou encore des écrans diffusant des images de nature ou de feu de bois. Coté ambiance sonore, de la musique « latino » est sensée lutter contre la dépression, les malades étant d’humeur souvent changeante et mélancolique. Incontestablement, South Africa Lodge se posait comme ce que nous avions vu de mieux jusque là.

Réunion 15/06/2010

Réunion LiSo-LiSa – 15/06/2010 – Université de Rouen 

 

Terrain

Mélanie Petit présente l’avancement de ses travaux sur le paysage thérapeutique et ses premiers résultats de terrain (Angleterre, Haute-Normandie). Elle a notamment mis en place une grille d’analyse multicritères pour évaluer la qualité thérapeutique des différents lieux de soins enquêtés. Elle est revenue sur l’importance dans la prise en charge des maladies neuro-dégénératives de l’organisation de l’espace des unités de soins (couloirs, ouverture/fermeture). L’importance de la dimension physique du concept de paysage thérapeutique semble se confirmer. Les discussions ont porté sur la réutilisation possible de cette grille d’évaluation dans d’autres lieux de soins (unité de soins psychiatriques, maternité…) afin de tester la validité des critères sélectionnés.

Méthodologie

L’équipe discute du calendrier et de l’organisation générale du programme de recherche. La formation d’équipes thématiques (psychiatrie, maternité,…) et en fonction des lieux de terrains (Rouen, Dieppe, Le Havre, Evreux) est suggérée pour développer des échanges avec des intervenants extérieurs issus du milieu hospitalier, de l’architecture, et encourager les interactions.

Bibliographie