Objectifs-Méthodologie

On peut postuler que selon les services, l’attention différentiée à l’égard des « paysages thérapeutiques » constitue  un facteur d’inégalité entre patient. On voit que les pôles maternités des hôpitaux et des cliniques se restructurent rapidement, sous l’aiguillon concurrentiel, en visant une amélioration du bien-être des patients, via la mise en place d’un environnement soigné. Pourtant, cette préoccupation semble différente pour d’autres hôpitaux, services, maladies infectieuses, urgences, cancéropôles, lits de long séjour. Comment expliquer cette différenciation des lieux? Y aurait-il des pathologies trop lourdes pour laisser place à autre chose que la technicité? Des patients plus ou moins sensibles aux indices de confort ? Est-ce partout ainsi en France? Hors France ?

En rassemblant une équipe de chercheurs autour de ces questions, à la fois dans la région et hors de la région, nous chercherons, à caractériser la situation régionale au regard des paysages thérapeutiques, via la construction de grilles de lecture et d’interprétation des divers lieux de soins construits ou en construction. Finalement  nous veillerons à recueillir l’avis des groupes les fréquentant, usagers et professionnels de la santé, via une méthodologie de recherche qualitative, adaptée d’autres travaux publiés.

Le concept de « paysage thérapeutique » qui constituera le concept central de notre projet a été proposé par l’école de géographie de la santé dîtes post médicale. Il permet de problématiser une tension entre deux positions. D’un côté, il semble souhaitable de demander à un lieu de soins de contribuer à l’amélioration de la santé des personnes qui le fréquentent. En particulier, on commence à savoir faire en sorte de lui retirer ses aspects anxiogènes nés de l’hyper technicité, de la souffrance, de la mort. De l’autre, on peut se demander s’il faut pour autant verser dans le consumérisme en transformant certains lieux de soins en hôtel de luxe. Nous proposons donc d’évaluer certains établissements, services et projets de construction dans cette optique.

En pratique, trois aspects s’ajoutent pour contribuer au bien-être dans un environnement thérapeutique, les éléments physiques, sociaux et symboliques. Naguère abordés séparément, aujourd’hui on préfère souligner leur combinatoire. Pour simplifier ici,  nous les présenterons toutefois successivement.

Ces trois points constituent notre socle de travail et notre calendrier.

– Le premier est le plus avancé, il concerne ce qui semble le plus simple à caractériser par les cinq sens du chercheur et spécialement le sens visuel. D’où l’usage intensif mais précautionneux  (Gilian Rose, visual methodologies) des photographies pour témoigner de la luminosité, de la propreté, de la vue sur la nature… mais aussi de tout autres aspects permettant la caractérisation du site (accessibilité, relégation, centralité).

– Le second correspond à la dimension de l’environnement social. Il se rattache beaucoup au bio pouvoir mis en avant par M. Foucault dans ses travaux. Ceci demande une approche plus qualitative, comme par exemple des sessions de discussion engageant des soignants, des soignés ou leur entourage, pour  qualifier les nuances entre ce qui relève de la sécurité pour les uns et de la surveillance pour les autres. Lors des constructions, ou sur les projets quels choix ont été faits ? Faut-il voir les patients en permanence ou les laisser dans leur intimité ? Ouvrir les espaces collectifs, pour faciliter les rencontres ou élargir les espaces privés pour faciliter le sentiment de « home »… La somme de ces options, construisent un paysage social  plus ou moins thérapeutique pour les patients et plus ou moins commode pour les soignants.

– Le troisième  point : l’environnement symbolique, nécessite de passer du design à l’écoute de l’expérience du design, en allant vers les patients. Pour l’instant, ce domaine a surtout été renseigné dans les hôpitaux psy (Curtis 2007).  Ces attributs symboliques sont toujours décrits comme importants dans la bibliographie car ils permettent de rectifier l’idée selon laquelle la folie est parente du mal (Madness is badness, Moon G. 2000). La présence du mobilier personnel pour se sentir chez soi, la possibilité de rencontrer le sexe opposé, ou au contraire la volonté de rester entre femmes, la mise à disposition d’espaces de culte, le prise en compte des préférences et interdits culinaires, la manière de s’exprimer du personnel, la possibilité de le comprendre aisément etc… concernent cette dimension symbolique.

Dans les deux derniers points, les méthodes utilisées ordinairement peuvent se doubler de stratégies nouvelles, comme le fait de confier des appareils photos à des groupes de patients ou des professionnels de la santé et en leur proposant de montrer ce qu’ils ressentent positivement et négativement dans l’environnement. Autour des clichés peuvent dès lors se nouer des conversations entre les représentants des divers groupes d’intérêt.

Contrairement à une tradition établie, ici tout devra avancer en même temps, ce qui est rendu possible par l’ampleur de l’équipe. Tous les chercheurs impliqués alimenteront les rubriques énoncées ci-dessus et feront le point régulièrement pour auto évaluer et rectifier éventuellement les phases en cours.

Néanmoins, la première phase du projet sera destinée à caler tous les opérateurs, à rassembler les savoirs sur les lieux de soins, après en avoir paramétré les renseignements. Il s’agira en premier lieu de considérer l’angle morphologique, tout en mettant en perspective et en analysant les discours tenus à leur propos. Nous avons ainsi analysé une bibliographie importante sur le concept de  paysage thérapeutique. Nous avons aussi multiplié les rencontres avec des professionnels du bâtiment (constructeurs, programmistes…) et de l’architecture qui ont accepté de partager leurs documentations et leurs savoirs.  Enfin, plusieurs missions  en Angleterre, nous ont permis de rencontrer des chercheurs  et de travailler sur le concept de paysage thérapeutique.

Dans un second temps il s’agira d’éclairer la question du bien être des patients et des soignants dans les lieux de soins anciens et après réhabilitation. Cela passera par l’évaluation de la capacité à créer des environnements de guérison, des paysages thérapeutiques, dans les constructions actuellement en cours.

Enfin dans un troisième temps, il s’agira de remettre nos résultats en perspective par le jeu de comparaisons nationales et internationales. Les professionnels de la biomédecine, qui pèsent de façon prépondérante sur les phases d’élaboration des lieux de soins, se réfèrent à des corpus scientifiques identiques. Pourtant, pour des raisons qu’il conviendrait d’éclaircir, les hôpitaux tant pour leurs formes que dans leurs fonctionnalités, ne se ressemblent pas totalement. En mobilisant le réseau de contacts parmi des collègues, il serait envisageable de mettre en phase les premiers résultats dans des ateliers de travail commun (Bretagne, Rhône) et dans d’autres pays Royaume-Uni (G. Moon), Belgique (V. Lepot).

Finalement, en sus de l’apport de connaissances académiques, tous les aspects mis en chantier dans ce projet, par leur transversalité, permettent de proposer une connaissance assez inédite des lieux de soins pour les bailleurs de fonds  qui financent ces opérations.