Cadre scientifique

Problématique

Les lieux de soins constituent-ils autant de lieux de santé, au sens large du terme, ou sont-ils davantage envisagés comme des endroits organisés au profit des professionnels travaillant dans ces espaces ? Puisque toutes les actions sont constamment entreprises au nom des usagers, les options choisies lors des constructions, servent-elles ceux-ci en priorité ? Au-delà de rassembler des techniciens de l’art de soigner, les lieux de soins devraient tous tendre à organiser des configurations positives pour la qualité de vie des usagers. Mais, comme en témoigne le parc hospitalier, sous ce critère, tous ne se ressemblent pas.

Le passé des hôpitaux, dispensaires et autres lieux de soins, dispose toujours d’un plus grand  corpus de recherche que celui des établissements contemporains. Pourtant, ils comptabilisent un nombre considérable de professionnels des soins, à tel point qu’ils constituent parfois les premiers employeurs dans certains bassins d’emploi et contribuent pour moitié aux dépenses du budget de la santé. Dans les sciences sociales, au contraire de l’asile et de la prison largement théorisés, ces institutions demeurent relativement absentes alors quelles transforment les citoyens autant qu’elles sont transformées par eux. Les travaux récents démontrent que ces entités naguères considérées comme stables se perçoivent désormais comme fluides et fragiles[1].

Dans ce contexte, notre postulat de recherche pose une question involontairement insolente. Les lieux de soins, sous toutes leurs formes, constituent ils des lieux de santé ? On sait déjà que la qualité de certains lieux de soins, aide à recouvrer plus vite la santé. Une longue liste de paramètres (couleurs, vue sur un espace vert, forme des lieux, luminosité…)  peut-être extraite d’une longue bibliographie, qu’il nous faut encore explorer. Ce que l’on ignore c’est comment ces savoirs sont partagés dans les territoires ? En fonction des types de structures ? Celles du secteur privé seraient elles plus belles et de là, plus saines ? De leur ancienneté ? De la sédimentation des modes successives que l’on retrouve dans les bâtiments ?… Au fil du temps, ces préoccupations ont montré un caractère évolutif. Par exemple, on sait que la période utilitariste et moderniste a été centrée sur une architecture dédiée aux traitements, à la surveillance et moins orientée vers le confort et la récupération. La période post moderniste à l’inverse, s’est attachée à faire oublier les fonctions cliniques, avec ses constructions laissant entrer le soleil et même ses espaces accueillants dédiés aux interactions.

Lancer une recherche sur les lieux de soins permettrait de combler un manque de connaissance, de rassembler de façon systématique des données de base, sur lesquels quelques jalons ont été posés[2]. Surtout, cela permettrait de tester des hypothèses et concepts issus des travaux anglophones[3]. Les plus originaux ont envisagé d’évaluer la dimension thérapeutique des milieux formés par ces institutions, non pas tant d’un point de vue médical mais plutôt en prenant en compte les perceptions et émotions nées de la fréquentation de ces pôles de soins.

Le concept de Paysage Thérapeutique

Ce projet se propose d’utiliser le concept de paysage thérapeutique mis en avant par des collègues anglais et américains pour faire un point sur la région normande et ensuite de mettre ces résultats en perspective en les comparant avec les résultats d’autres sites, proches et lointains.

Les premiers travaux sur ces questions de lieux thérapeutiques ont insistés sur les lieux sacrés (Gesler W. 1993, sur Epidaure, Lourdes, Bath …)[4] et leurs pouvoirs surnaturels qui engendraient une forme de soins et de bien-être à la fois. Le terme de paysage thérapeutique a été forgé pour caractériser cette dimension, différente de la thérapie scientifique et qui pouvait parfois provenir des lieux eux-mêmes. Les mêmes auteurs ont orientés leurs travaux suivants vers les institutions contemporaines en se demandant si le design pouvait se révéler thérapeutique (Curtis S. 2004). Un gros travail d’évaluation des nombreuses constructions nouvelles d’hôpitaux du Royaume Uni a en effet été mis en œuvre par une équipe de géographes. L’enjeu principal consistait à re-évaluer les évaluations, compte tenu du fait que pour la première fois, argent public et privé avaient été convoqués dans ce grand programme décrété par le gouvernement de Tony Blair et qui semblait aboutir parfois, à des chambres plus petites pour les malades, des taux d’encadrement par le personnel plus réduits, derrière des façades grandioses.

Parti d’un aspect quasiment pittoresque, au début de la décennie 1990, les paysages thérapeutiques sont désormais dotés d’une bibliographie qui en font un des champs de recherche les plus riches et les plus féconds, outre Manche et outre Atlantique.  En témoigne le second livre de Allison Williams, Therapeutic Landscapes, Ashgate, 2007, qui outre l’orientation désormais classique des paysages thérapeutiques vers les lieux naturels ou construits, présente l’usage que l’on peut en faire pour certaines populations particulières, comme les populations âgées, pour certains usages spécifiques, comme pour la démence sénile. On trouve des applications dans une étude sur les salles d’attente et même des pratiques de soins globalisées, comme le yoga, diffusant certaines formes de paysages thérapeutiques. Ce dernier thème de travail ayant été l’objet d’une thèse soutenue à Rouen. Ces publications récentes ont approfondi les perspectives, vers des services spécialisés, comme les lieux de traitement de la folie. Ils ont aussi transcendé le monde des géographes et attiré des anthropologues de la santé qui ont, parmi d’autres, commencé à construire une critique du concept.

Au terme des premiers travaux anglophones, les conclusions les plus critiques ont montré que l’environnement hospitalier reproduisait les rapports de domination et les hiérarchies sociales[5]. Autrement dit, l’hôpital n’est pas le lieu égalitaire dont on peut rêver mais reprend les formes inégalitaires du reste de la société, ce qui n’a finalement rien de bien étonnant.


[1] Valentine G., Social geographies, Prentice Hall, 2001

[2] Vaguet A., Dynamique d’un système hospitalier en crise, in Actes du colloque du CREDES, Paris, 1995.

[3] Gesler W. and al. Therapy by design. Evaluating U.K. hospital  building programm, Health and Place n°10, 2004.

[4] Gesler W. 1990

[5] Curtis S., Health and Inequality, Sage Publication, 2004 et Curtis S., Gesler W. and al. Therapeutic landscapes in hospital design: a qualitative assessment by staff and service users of the design of a new mental health inpatient unit,  Environment and Planning, Vol 25, 2007.